Être le point fixe d’un congrès

Quand on veut servir le monde de la recherche et aider les laboratoires de recherche à être les meilleurs, il y a un point qui compte énormément : l’organisation de congrès scientifiques, qui permettent de souder un programme de recherche, renforcer sa visibilité internationale, s’ériger en centre d’expertise et enrichir ses travaux par l’échange et la confrontation.

C’est ainsi que le congrès international Morphogenesis in Living Systems a récemment fait appel à nous. Organisé par l’Institut des systèmes complexes Paris-Île-de-France et l’Institut rhône-alpin des systèmes complexes, dans le cadre d’un programme européen, ce congrès faisait le point sur la recherche en morphogenèse dans le monde vivant (embryon, plante, nuées d’oiseaux…).

Morphogenesis in Living Systems 2009

Notre travail a consisté principalement à :

  • diffuser l’information aux institutions du domaine
  • accueillir les orateurs et participants
  • concevoir et réaliser l’abstract book de A à Z
  • coordonner les équipes de la fac de médecine de la rue des Saints-Pères (Université Paris V), le secrétariat des Instituts organisateurs et la principale organisatrice Nadine Peyrieras
  • organiser l’affichage des posters
  • assurer avec les équipes organisatrices la réalisation de 3 visio-conférences avec Oxford, la Californie et l’État de Washington, ainsi que le banquet dansant de la soirée de clôture.

En pratique, je courais un peu partout, téléphone portable à la main, ordinateur sous le bras, répondant aux questions des participants (“C’est dans quelle salle qu’on dîne ?”) aussi bien que des orateurs (“Can I use my laptop or should I put my presentation on this computer ?”, des techniciens de la fac (“De combien de rallonges avez-vous encore besoin ?”), du traiteur (“Votre pause, vous la faites à quelle heure finalement ?”), des co-organisateurs (“Elle est où Nadine ?” ou “Le professeur Untel est-il arrivé ?”) ou de l’entreprise de reprographie (“Pourrez-vous envoyer quelqu’un chercher les derniers programme et le poster qui était en retard ?”). Le tout en essayant de résoudre les petits problèmes techniques qui arrivent forcément. Toujours être au taquet, anticiper et être très très organisé (mes célèbres to-do-list).

C’est comme ça qu’on rate, évidemment, l’intervention d’un Prix Nobel, mais qu’un mathématicien Slovaque vous fait un des plus étonnants compliments de votre vie : “It was great to have you, Elifsu. You were the fixed point of the conference !” What else ?

Elifsu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Être le point fixe d’un congrès

Quand on veut servir le monde de la recherche et aider les laboratoires de recherche à être les meilleurs, il y a un point qui compte énormément : l’organisation de congrès scientifiques, qui permettent de souder un programme de recherche, renforcer sa visibilité internationale, s’ériger en centre d’expertise et enrichir ses travaux par l’échange et […]